La DMLA, ou dégénérescence maculaire liée à l’âge

dmlaLa DMLA est une maladie des yeux qui apparaît chez certains  individus, généralement une fois la cinquantaine atteinte.

C’est une maladie qui est encore à l’heure actuelle incurable et qui peut malheureusement conduire  à un état très proche de la cécité, c’est à dire à l’incapacité de voir. Elle n’est pas reliée à la myopie, la presbytie ou encore à l’hypermétropie, défauts de la vision très courants.

Les yeux atteints de DMLA peuvent donc finir par ne plus être très fonctionnels. De nombreux traitements plus ou moins efficaces en fonction du type de DMLA ont vu le jour pour lutter contre cette maladie des yeux, qu’il convient de mettre en place le plus tôt possible, dès la première apparition des symptômes de la dégénérescence maculaire, afin d’enrayer son évolution.


 

 

La DMLA en quelques chiffres

La DMLA concerne environ 1 million d’individu au sein de la France, pour un total de 25 millions dans le monde, soit la moitié du nombre de personnes atteintes de cécité.

Concernant les chiffres globaux, n’incluant pas uniquement la DMLA, on peut citer le fait qu’un français sur 1000 est aveugle, une personne sur 100 étant malvoyante. Le nombre de personnes atteintes de cécité à l’heure actuelle est d’environ 40 millions, avec en prévision un passage à 80 millions, soit le double d’ici à 2030 (estimation allant de pair avec le vieillissement de la population).

La DMLA est une affection qui touche la macula, partie centrale de la rétine de nos yeux, comme l’indiquent les deux premières lettre de l’acronyme : dégénérescence maculaire (la rétine est l’élément qui nous permet de capter les images, pour les transmettre à notre cerveau). Les deux dernières lettre de cette acronymes sont utilisées pour « liée à l’âge » ce qui souligne bien évidemment que cette maladie des yeux apparaît avec l’âge, comme nous l’avons introduit un peu plus haut.

 

Les symptomes de la DMLA

dmla-déformation des lignes droites

La DMLA se caractérise de la façon suivante : les individus atteints commencent à voir apparaître une tâche noire (ou plusieurs), qui au départ est très petite puis grossit avec le temps. Cette tâche est positionnée au centre de ce que l’on va regarder fixement.

C’est à dire que si vous fixez un objet ou le visage d’une personne et qu’au centre de cet objet / du visage de cette personne une tâche vient troubler votre vision, il y a de fortes chances pour que vous soyez atteints de DMLA. Ces tâches caractéristiques de la DMLA sont appelées des scotomes.
Autre symptôme de la DMLA : la dégénérescence maculaire s’accompagne au départ de la déformation de lignes droite, c’est à dire qu’au lieu de voir un objet tel qu’il est, le patient atteint au tout début, aura l’impression qu’il est déformé au niveau de la partie centrale.

L’apparition de cette tâche noire n’est pas dûe à des bactéries ou autres micro-organismes prenant place au niveau de la rétine ou sur le dessus de l’oeil, qui aurait pour effet d’oculter la vision, mais bien à la rétine elle même qui se détruit partiellement.

 

 

La DMLA atteint-elle les deux yeux?

La dégénérescence maculaire va d’abord en premier lieu toucher un seul oeil. C’est d’ailleurs assez délicat de s’apercevoir qu’il y a un souci à ce stade de la maladie car l’autre oeil va combler le défaut de celui atteint. Ce n’est qu’à partir du moment où le second oeil est atteint que généralement le patient va commencer à s’apercevoir que la pathologie est installée.

Afin d’en arriver là, il est donc fortement conseillé aux personnes de plus de 50 ans de consulter régulièrement un ophtalmologue, bien que les séances soient généralement assez longues à obtenir, de manière à prévenir tout risque et à essayer de ralentir l’évolution de cette maladie des yeux (ou du moins mettre en place une forme de traitement). L’ophtalmologue doit alors réaliser un examen du fond de l’oeil pour s’avérer que tout est normal et au moindre doute entamer des démarches afin de répondre le mieux possible au problème.

test DMLA avec un oeilEn attendant cet examen, il vous est également possible de réaliser des tests vous même pour vous assurer de la bonne santé de vos yeux.

Il vous suffit de fixer un objet, par exemple une brochure avec une main qui cache un oeil (de manière à faire appel à vos deux yeux indépendamment) et de vérifier que vous percevez tout correctement, que vous n’ayez pas l’impression que certaines lignes ne sont pas droites ou que des tâches se forment sur l’élément que vous fixez.

Vous pouvez commencer le test avec n’importe quel oeil, le tout est de bien cacher l’autre oeil, par exemple commencez à tester votre oeil gauche en couvrant votre oeil droit de votre main puis faites l’inverse pour tester votre oeil droit. Au moindre doute, une fois encore, n’hésitez pas à consulter un ophtalmologue bien que suivant le type de DMLA, les traitements disponibles soient plus ou moins efficaces à l’heure actuelle.


 

 

Les deux formes de DMLA

On distingue deux types de DMLA : la DMLA sèche et la DMLA humide.

La DMLA sèche est la plus répandue sur l’ensemble du globe puisqu’elle concerne environ 80% des personnes atteintes de cette maladie des yeux. Forte heureusement si l’on puis dire, la DMLA sèche est celle la moins critique, c’est la forme de dégénérescence maculaire la plus lente. La majorité des personnes atteintes de cette affection de la rétine ne  sont donc pas dans la forme la plus grave de la maladie.

La DMLA humide quant à elle concerne 20% des sujets atteints de dégénérescence maculaire. Des vaisseaux sanguins en grand nombre se forment sous la rétine, ils prolifèrent, ce qui entraînent les symptômes de DMLA que nous avons évoqué auparavant. Avec l’apparition de ces vaisseaux sanguins, il y a l’existence de saignements dû à la fragilité de ces vaisseaux, qui vont donner lieux à des tissus cicatriciels ou des oedèmes, aggravant le processus car pouvant donner lieu à des décollements de la rétine des patients atteints. C’est la maladie la plus grave car c’est également celle qui s’installe le plus rapidement.

Cette production de nouveau vaisseaux sanguins est dûe à une production en facteur de croissance (substance qui permet la croissance d’éléments) par notre corps que l’on peut qualifier d’anormale. Ce facteur de croissance responsable de la DMLA humide est le VEGF, pour Vascular Endothelial growth factor).

 

Le traitement de la DMLA

Il n’existe aucun traitement efficace contre la DMLA sèche, toutefois il serait possible de ralentir l’évolution de cette maladie de l’oeil en consommant des aliments et boissons riches en antioxydants (poireaux, oignons, citrouilles, mangues, carottes,thés…) ou des compléments alimentaires.

Les traitements de la dégénérescence maculaire disponibles le sont pour la DMLA humide. Se sont des médicaments avec une molécule anti-VGEF, qui va donc agir contre le facteur de croissance et la prolifération des vaisseaux sanguins sous la rétine. Cette molécule est contenue dans le Lucentis, traitement DMLA de référence concernant la DMLA humide. Le problème de ce traitement contre cette maladie des yeux étant sont coût, de 1200 euros l’injection !

Un concurrent de ce traitement de la DMLA a été interdit en 2012 par le ministère de la santé, il s’agissait de l’Avastin, qui normalement devrait être utilisé pour le traitement de cancers mais a été détourné par certains pour un usage contre la DMLA humide, puisqu’il contient justement la molécule qui permet de lutter contre la multiplication des vaisseaux. Son prix était nettement attractif, avec 500 euros l’injection. Ceci dit, des études sont en cours afin de comparer les deux produits et leurs efficacités respectives sur les patients atteints de DMLA humide.

 

Un nouveau traitement : l’espoir des cellules souches pour remédier à la DMLA

Cellules souchesDes études ont été menées afin de recréer la rétine de patients atteints aussi bien de DMLA sèche que de DMLA humide, à l’aide de cellules souches, cellules prélevées sur l’embryon lors de ses tous premiers stades de développement, qui peuvent devenir plus de 200 type de tissus humains (cardiaques, vasculaires…).

Aux états-unis notamment, 500 000 de ces cellules ont été injectées à plusieurs patientes malvoyantes, directement sous sa rétine, afin de la reconstituer là où elle était partiellement détruite.

Les résultats seraient encourageants une demi année après : ces personnes ont pu retrouver une partie de leur autonomie qu’elles avaient perdu jusqu’alors. Cette étude se poursuit à l’heure actuelle avec un ajout de 24 autres patients. L’effet de ce traitement de la DMLA doit être éprouvé dans le temps, sur une période allant au delà des 6 mois afin que les chercheurs concernés puissent crier victoire.

 


 

Laisser un commentaire